Développement Durable : réconcilier économie et Développement Humain

La réconciliation du développement économique et du développement humain est sans doute la question centrale de notre temps, et le développement durable la démarche qui permet l’implémentation de décisions et d’actions qui dépassent le clivage entre économie et environnement, entre économie et progrès social.

Le développement humain est le reflet de la qualité de vie au sein de la société, il inclut la notion de bien-être laquelle ne saurait se résumer au niveau de vie ou au PIB, mais prend en compte les facteurs sociaux, culturels, éducatifs et de santé.

Changement de représentation

L’expression «  révolution copernicienne » communément utilisée désigne la transformation des méthodes scientifiques et des idées philosophiques qui a accompagné le changement de représentation du monde des XVIème et XVIIème siècle, lorsqu’on est passé d’un modèle géocentrique à un modèle héliocentrique.

Initialisé par Nicolas Copernic, perfectionné par Johannes Kepler et Galilée, défendu et rendu intelligible pour le plus grand nombre par Descartes, l’irruption de ce changement de représentation n’a semble-t-il pas connu depuis son pareil ni n’a été rivalisé par aucun autre de même ampleur.

Nombreux sont ceux qui considèrent que les découvertes scientifiques du XXe siècle s’inscrivent en droite ligne dans la tradition copernicienne et galiléenne.

Peut-on dire que nous assistons en ce début du XXIe siècle à une nouvelle révolution copernicienne, un nouveau paradigme, entendons par là un changement radical de perspective lequel serait de nature à transformer, une nouvelle fois et de manière radicale, notre représentation du monde ?

Croissance économique

En raison des activités humaines et des dégradations qu’elles entraînent, les ressources naturelles s’épuisent ; les limites physiques de notre planète posent la question de la répartition actuelle des ressources entre les êtres humains, ainsi que celle de la remise en cause de notre modèle de surconsommation.

Les ressources non renouvelables constituées par les matières premières minérales et les combustibles fossiles, qui proviennent de gisements formés au cours de l’histoire géologique de la terre, arriveront bientôt à terme.

Quant aux ressources renouvelables, l’eau, les terres cultivables, les ressources biologiques constituées par les communautés vivantes – forêts, pâturages, pêcheries maritimes, espèces animales et végétales -, et par les ressources génétiques – variétés de plantes cultivées et races d’animaux domestiques -, elles sont incapables de se régénérer en permanence.

La notion de croissance économique continue qui postule l’adéquation entre augmentation de la consommation et développement du bien-être des populations, avec pour corollaire la pollution et la dégradation de l’environnement, a atteint son point limite.

Du côté des dérèglements climatiques, la situation est tout aussi préoccupante. Dès les années 1990, la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique était établie.

Dimension humaine

Le développement durable est ce nouveau paradigme qui tend à faire éclater les systèmes de pensée centrés sur l’économie ou sur l’écologie, en y intégrant la dimension humaine.

17 objectifs du Développement DurableEncore trop souvent confondu avec la protection de l’environnement, le développement durable constitue en termes de développement humain un projet global s’articulant autour de 17 objectifs visant à répondre aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux.

 

 

S’il semble que les 17 objectifs du développement durable (#ODD) sont connus sinon largement popularisés, il est moins sûr qu’il en soit de même de leur déclinaison sous la forme de 169 actions ciblées, structurées autour de 6 domaines clés.

Soit un plan de sauvetage et de survie tel que l’homo sapiens n’en a pas connu depuis son apparition il y a quelques 300.000 années.

Laisser un commentaire