Achats Responsables, Mieux Intégrer le Handicap à la RSE

Les achats responsables sont un levier majeur pour implémenter une politique volontariste de responsabilité sociétale (RSE). S’agissant du handicap en particulier, la réalité de cette politique ne semble pas toujours avérée.  

Le cabinet de conseil en achats AgileBuyer et le groupement Achats et Supply Chain d’HEC ont étudié les grandes priorités des services achats de l’année 2015.

achats responsables

Source AgileBuyer (Image Adhere-RH)

A la question, votre département  d’achat dispose-t-il d’une politique d’insertion et l’aide au travail des personnes handicapées, 52% d’entre-eux ont répondu de manière affirmative.

Quant à celle de savoir quelles sont les secteurs d’activité les plus engagés dans les achats responsables en faveur des personnes handicapées, on trouve dans le top 5 transport et logistique (86%), conseil et gestion des entreprises (67%), télécommunication (64%), énergie-eau-gestion des déchets (62%), chimie-caoutchouc-plastique (60%) ; et parmi les plus mauvais élèves, meubles-textiles-et autres industries (21%), immobilier (25%), mécanique et métallurgie (30%), hôtellerie-restauration-loisirs (33%), agroalimentaire (37%).

Solidarité et Durabilité

Avec pour adage « acheter moins, acheter mieux, acheter autrement », la fonction achats est au cœur du fonctionnement de l’entreprise.

On appelle achats responsables l’intégration du cycle de vie du produit ou du service, ainsi que leur impact environnemental, social ou sociétal. Soit un acte intégré à un processus de solidarité et de durabilité.

Selon le secteur d’activité, on estime que le poids des achats représente entre 40 à 80% du chiffre d’affaires. Une étude Mc Kinsey précise que la part des achats dans le coût total des biens et des services serait de 38 % dans la santé, 58 % dans la finance, 60 % dans l’équipement, 80 % dans l’industrie automobile, et de 83 % dans la distribution et l’informatique.

C’est dire que la fonction achat constitue un axe important d’amélioration de la performance économique de l’entreprise, elle est un vecteur de sensibilisation et de changement, tant en interne qu’en externe, sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

Secteur privé vs secteur public

Selon l’étude « Tendances et priorité des départements achats 2018 » menée par AgileBuyer et le Conseil National des Achats (CNA) un acheteur sur deux déclare avoir personnellement des objectifs achats liés au développement durable et à la RSE. Ce qui tend à démontrer que les achats responsables ne sont pas une priorité pour les entreprises et les décideurs.

achats responsables

Source AgileBuyer

On observe un différence entre secteur privé et secteur public.

C’est  ainsi que 47% des acheteurs du privé affirment avoir des objectifs achats liés au développement durable et à la RSE, alors qu’ils représentent près de 76% dans le public.

Un écart qui, selon les responsables de l’étude, s’explique par le fait que les directives européennes sur lesquelles s’appuient les politiques d’achats publiques encouragent les acheteurs des entités et des structures publiques à réaliser des achats responsables.

Dans le secteur privé, les achats responsables ne sont ni obligatoires, ni même encouragés par une incitation financière telle que l’indexation d’une part de la rémunération variable sur le comportement responsable et les résultats obtenus.

Et le Cabinet AgileBoyer de porter ce jugement honnête autant que lucide : « Sujet très en vogue depuis plusieurs années, valorisant pour la fonction, il n’en demeure pas moins que les achats responsables ne sont pas toujours une réalité. Ou tout du moins une priorité. »

Force est de constater que dans le secteur privé il existe souvent deux discours, celui de la communication corporate en phase avec les principes et valeurs de la RSE, et un autre en interne centré sur la gestion des risques et la réduction des coûts.

Stratégie RSE vs stratégie d’entreprise

Si les achats responsables ne sont pas toujours une réalité ni une priorité, faut-il en conclure avec le Cabinet Birdeo que c’est parce que « le niveau de conscience des directions n’est pas à la hauteur des enjeux, et que les stratégies RSE ne sont pas corrélées avec les stratégies d’entreprise.« ?

Source Birdeo

Selon les résultats de l’étude du Cabinet, publiée en février 2018, menée auprès de 810 professionnels du développement durable, de la RSE, et de l’économie sociale et solidaire, 42% des sondés du secteur privé estiment que la stratégie de leur entreprise et sa stratégie RSE sont incohérentes. Bien que la quasi totalité des salariés affirme que les décideurs ont pris conscience des enjeux du développement durable et de la RSE, 36% d’entre eux trouvent que celle-ci est largement insuffisante.

 

Socialement Responsable

C’est dans ce contexte décevant, peu favorable à la RSE et aux achats responsables, que se déroulera le 28 mai 2018 la troisième édition du « Salon Handicap, Emploi et Achats Responsables ».

Si le succès médiatique et organisationnel du Salon ne saurait faire de doute, avec ses 3500 visiteurs attendus, 60 conférences et ateliers, 500 experts et 150 entreprises adaptées et Esat, il faut espérer que les organisations saisiront cette occasion pour optimiser leur comportement responsable.

Pour Vincent Leroux Lefebvre « Les achats apparaissent comme un gisement de réduction de coûts avec deux critères majeurs : la capacité à sécuriser la chaîne de valeur de l’entreprise par la négociation de partenariats stratégiques, la recherche des meilleures interactions avec l’ensemble des parties prenantes. Mais pour assurer cette sécurité et ces interactions, dans un contexte toujours en mouvements les Achats trouvent naturellement leur place dans la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), à travers le Développement Durable (DD) et les Achats Responsables. Cependant, à partir d’un certain seuil, même la plus brillante des organisations Achats ne peut plus réduire les coûts sans courir le risque de perdre de l’argent et de briser ainsi l’équilibre.

Il est donc nécessaire de se projeter dans ce nouvel équilibre. Cet équilibre, où le coût est supplanté par la valeur, dessine un comportement dit « socialement responsable », une nouvelle équation intégrant la contribution. » (Performance Achats RSE)

Laisser un commentaire