A l’aune du cataclysme provoqué par la propagation du coronavirus, la responsabilité des États, de la gouvernance mondiale, et des organisations, est mise à la question. La RSE un concept à augmenter, et à adapter au monde de l’après Covid-19 ?

La convergence du réchauffement climatique, de la dégradation de l’environnement, de la pollution, de l’effondrement de la biodiversité, de l’épuisement des ressources naturelles, et de la porosité de la barrière des espèces, nous expose à d’autres et inévitables pandémies.

La RSE un concept à augmenter, signifie qu’elle ne peut plus être simplement « la contribution de l’entreprise aux objectifs de développement durable ».

La RSE un concept à augmenter

Pour la plupart des dirigeants d’entreprise, et dans l’imagination populaire, le développement durable concerne l’avenir de la planète, alors que la RSE ne concerne que le rôle de l’entreprise dans la société.

Dans l’après Covid-19 l’entreprise devra tout mettre en œuvre pour engager sa pleine participation et responsabilité dans l’atteinte des 17 objectifs et 169 cibles.

Les enseignements de la crise sanitaire du Covid-19 nous enjoignent de promouvoir le couplage RSE et développement durable

Environnement concurrentiel

La démarche RSE répond à des enjeux, tels que l’éthique, les pratiques managériales, la réponse aux attentes des parties prenantes, en partant du principe que l’entreprise est redevable à la société dans la mesure où cette-ci lui permet d’exister.

En conséquence, dans un environnement hautement concurrentiel, chaque entreprise mène sa propre démarche RSE, où les notions de bien commun et de coopération en vue de réduire les impacts négatifs des activités humaines ne sont nullement partagées.

L’engagement individuel RSE de chaque entreprise, relève plus d’un moyen d’aménager et d’améliorer à la marge la pratique des affaires afin de maintenir et de faire prospérer le modèle économique courant, que d’œuvrer en vue de l’instauration d’un monde soutenable.

La démarche RSE individuelle de l’entreprise tend essentiellement à inverser ce que le concept de soutenabilité vise à promouvoir, à savoir la subordination de l’économique au social et à l’écologique.

Le couplage RSE et développement durable en revanche ne relève pas du seul enjeu individuel de chaque entreprise, mais de l’enjeu collectif et mondial de toutes les entreprises.

Couplage RSE et développement durable

« La RSE est justifiée par la convergence affirmée entre ses objectifs économiques et financiers et les objectifs sociaux et environnementaux du DD. Au sein de l’entreprise, la valeur « DD » n’étant pas contestable, elle légitime l’action des personnes en charge du DD à l’égard des actionnaires et, en interne, auprès des directions financières. » (Le couplage « responsabilité sociale des entreprises » et « développement durable » : mise en perspective, enjeux et limites, Françoise Quairel et Michel Capron)

La conscience des dimensions finies de la Terre n’est pas née d’hier, mais force est de constater qu’elle n’a pas eu jusqu’ici d’impact majeur sur notre conscience écologique, et notre approche de la nature, tant celle-ci semble constituer une étendue de terre et de mer regorgeant de ressources infinies et renouvelables.

Quelle est la priorité à donner dans la conduite des affaires humaines, l’économie ou l’écologie ?

Durable et soutenable

L’un des principaux points de discorde qu’on observe dans l’analyse des experts économiques, est celui qui oppose les tenants d’une soutenabilité « faible » aux partisans d’une soutenabilité « forte ».

Les premiers privilégient une soutenabilité économique, tandis que les seconds mettent en avant la soutenabilité environnementale.

Le constat que l’empreinte écologique de l’humanité dépasse la capacité de la Terre à régénérer de nouvelles ressources naturelles, nous conduit à rechercher une transition vers la soutenabilité par le développement durable.

De fait, des dirigeants d’entreprise parmi les plus engagés, s’accordent à dire que la recherche de maximisation du profit à court terme est une des causes des dégradations environnementales et sociales.

Plan B

La nécessité d’indicateurs autres que ceux du PIB pour piloter notre modèle économique vers une trajectoire soutenable semble faire l’objet d’un large consensus.

Le concept de soutenabilité renvoie au sentiment de la relation forte et intime que les humains entretiennent avec la nature.

La RSE un concept à augmenter

Le fameux slogan « il n’y a pas de plan B » qui a vu le jour et connu un vif succès lors de la COP21 sur le climat, n’a jamais autant qu’en 2020 pris tout son sens.

La RSE un concept à augmenter : un principe d’action à promouvoir et valoriser auprès des dirigeants et professionnels d’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *