RSE ou les Enjeux du Management Socialement Responsable

Le management socialement responsable semble bénéficier d’une conjoncture favorable. En France, la loi PACTE adoptée en octobre 2018 est censée ouvrir la porte sur la transformation responsable des entreprises.

Le management socialement responsable a pour origine l’émergence d’un nouveau contexte sociétal, qui se traduit par un changement voire un renversement des valeurs lié aux critiques dont la finalité économique de l’entreprise fait l’objet.

Le management socialement responsable est la prise en compte des critiques internes et externes à l’entreprise issues de divers acteurs économiques et sociaux, parmi lesquels les salariés, les ONG, les associations de consommateurs ou les syndicats.

Crise ou échec

Les sociologues quant à eux parlent de crise ou d’échec du management. Selon François Dupuy (« La faillite de la pensée managériale »), la multiplication des chefs de projet dans les grandes entreprises, ainsi que les systèmes de contrôle et de reporting, conduisent à une impasse.

management socialement responsablePour Marie-Anne Dujarier (« Le management désincarné »), toutes les grandes organisations publiques ou privées ont recours aux mêmes méthodes de management et outils.

Leur constat est sans appel, ce sont des dispositifs et non des êtres humains qui encadrent l’organisation du travail.

Et selon Malakoff Médéric – ( La confiance des salariés, où en est-on en 2018 ? ) – “C’est par la prise d’initiatives individuelles et la possibilité d’agir en commun que le lien de confiance entre le management et les salariés se crée. Mais cela suppose que les salariés jouissent d’une réelle liberté d’action. Or, certains chiffres de l’étude montrent que les pratiques managériales ne se sont pas suffisamment réformées pour faire advenir cette culture de la confiance capable d’insuffler le désir de prendre des initiatives, de gagner en compétences, de se dépasser. 2 salariés sur 3 jugent inefficace la culture managériale, 33,5 % perçoivent les pratiques managériales de leurs entreprises encore comme trop contrôlées par le reporting et 39 % des salariés considèrent que le droit à l’erreur n’est pas reconnu dans leur entreprise”.

A l’aune de ces critiques, les compétences sociales et relationnelles du management sont appelées à prendre une nouvelle dimension.

Éthique du management

En matière de management socialement responsable les PME possèdent des atouts, à commencer par l’influence de la personnalité du dirigeant d’autant qu’il entretient une relation de proximité avec les salariés.

Les PME réagissent moins fortement aux pressions des parties prenantes, moins médiatisées elles ne redoutent pas les risques de réputation. Grâce à leur taille humaine et leur agilité elles peuvent développer les capacités d’adaptation aux changements nés de l’émergence de l’économie durable

Le management socialement responsable n’est rien d’autre que l’éthique du management qui part du double postulat, selon lequel la démarche RSE est intégrée à la culture de l’entreprise, et que les objectifs RSE ne peuvent être atteints que si le management socialement responsable s’appuie sur une bonne gouvernance.

Concilier l’économique et le social à travers la mise en place du management socialement responsable suppose une stratégie fédératrice de la part du dirigeant, afin que la performance RH contribue à la création de valeur dans le respect de l’humain.

Laisser un commentaire