De la Performance Sociale (PSE) à la Performance Globale de l’Entreprise (PGE)

2ème partie et fin du texte « Performance RH et RSE » publié le 28 Novembre 2011, par Mohamed Semmaa.

Dans un souci de clarification, de nombreuses propositions ont été faites pour faire converger les deux logiques financière et sociétale (en abrégé « socio-financière »). Il s’agit alors de combiner entre mesures financières et vision sociétale dans l’appréciation de la performance.

C’est dans ce cadre que le concept de « performance globale » prend toute sa légitimité. Elle est perçue comme « comme une visée (ou un but) multidimensionnelle, économique, sociale et sociétale, financière et environnementale, qui concerne aussi bien les entreprises que les sociétés humaines, autant les salariés que les citoyens » (Marcel Lepetit, 1997) (5).

Cette performance globale des entreprises (PGE) se forme « par la réunion de la performance financière, de la performance sociale et de la performance sociétale » (Germain, Trébucq, 2004).

téléchargement

Les composantes de la performance sociétale de l’entreprise 
(Source : Reynaud, 2003)

En combinant les différentes dimensions de la PGE, un certain nombre d’outils de mesure ont été proposés :

téléchargement (1)

Inspiré de : Dohou A et al., « mesure de la performance globale de l’entreprise »

La conception de la performance selon une approche globale (environnementale, sociale et financière) consiste à rendre opérationnel le concept du développement durable, grâce à l’utilisation des indicateurs de mesure de nature financière (tableaux de bord, ratios, etc.) et socio-environnementale (normes, codes, etc.).

Cette approche permet à l’entreprise d’améliorer sa performance à un niveau plus important que celle obtenue par des mesures purement financières ou étroitement sociétale.

Mohamed SEMMAA
Doctorant en RSE, CNAM Paris
Consultant RH & RSE, Cabinet ADHERE-RH

 

Laisser un commentaire