Nous avons rencontré Marianne Mercier Présidente de La Pause Philo, média numérique créé en 2015, dont l’ambition est de « partager la conviction que la pensée éclaire l’action et que l’action nourrit la pensée ».

Quel message la philosophie en général, et La Pause Philo en particulier, peuvent-elles nous transmettre dans les temps que nous vivons, traversés par les crises pandémique, économique, sociale, et écologique ?

La pandémie que nous traversons actuellement et l’année de confinement qui vient de s’écouler ont cristallisé un sentiment à la fois d’urgence et d’impuissance face aux multiples crises que connaissent nos sociétés.

Au sein de La Pause Philo, nous défendons que la philosophie est la discipline maitresse pour affronter directement ces questionnements et trouver des moyens d’actions concrets pour bâtir une société plus juste et responsable.

En prenant du recul et en analysant ce que nous vivons, nous prenons conscience de notre capacité à agir, afin de ne plus être simples spectateurs de cette course effrénée semblant nous mener au précipice.

Comment La Pause Philo se positionne-t-elle par rapport à d’autres médias également centrés sur la philosophie ?

Par rapport à d’autres médias en ligne consacrés à la philosophie, La Pause Philo se distingue par une posture militante et la défense d’une certaine vision de la philosophie, comme ayant un rôle central à jouer dans la cité.

Plutôt que de l’appréhender comme un savoir froid et déconnecté de la vie quotidienne, nous y présentons une philosophie pratique, s’adaptant à tous les âges de la vie, depuis l’échelle des individus jusqu’à celle des organisations.

Aussi, nous nous distinguons par notre fonctionnement, puisque nous avons fait le choix d’adopter une forme associative. Nous sommes avant tout un collectif, et toute personne qui le souhaite peut participer à notre projet !

Quel est votre lectorat actuel, souhaitez-vous l’élargir, et comment pensez-vous le faire ?

Notre lectorat actuel est varié. Nous sommes lus pour une très large part par des lycéens et des étudiants, à la recherche d’un contenu simple et rapide à lire, résumant les pensées des grands auteurs.

Nous avons également un lectorat plus âgé de professionnels, en recherche d’inspiration et de prise de recul sur le monde qui les entourent.

Pause Philo

Enfin, nous sommes consultés dans une moindre part par un public spécialisé sur les nouvelles pratiques philosophiques, grâce à notre travail de centralisation d’informations sur l’intervention philosophique en organisations.

Notre objectif est de poursuivre le développement de nos réseaux sociaux, en particulier en suscitant plus d’engagement pour la tranche des 18-24 ans. Nous allons notamment nous lancer sur Instagram !

Quels sont les projets de développement de La Pause Philo pour les années à venir ?

Nous souhaitons expérimenter d’autres formats, en particulier audio avec la production de podcasts. Nous avons également pour projet de poursuivre le développement d’un écosystème autour de notre média, en rassemblant d’autres structures engagées dans les nouvelles pratiques philosophiques.

Qu’est-ce que la philosophie peut apporter au monde de l’entreprise ?

Toute action est précédée par une pensée. C’est en commençant par se poser les bonnes questions que nous pouvons mettre à plat notre façon de fonctionner et ce que nous souhaitons réellement.

Aussi, loin d’être abstraite, la philosophie s’avère être une boussole essentielle dans la construction d’une stratégie d’entreprise, de sa raison d’être, de ses missions et de ses valeurs.

Vous avez un parcours interdisciplinaire en sciences politiques, histoire et philosophie, en quoi selon vous l’interdisciplinarité peut-elle être un atout dans le monde de l’entreprise qui a tendance à privilégier les experts et les spécialistes ?

L’expertise est bien entendu essentielle pour appréhender avec la plus grande finesse possible une problématique.

Pour autant, l’expertise se trouve rapidement limitée à elle seule, et ne permet pas nécessairement d’appréhender la complexité grandissante du monde et le flux constant d’informations auxquels les dirigeants et managers sont confrontés. Une posture généraliste vise à offrir une vision globale, indispensable pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

Vous êtes également consultante, quelles sont les prestations que vous mettez en place dans les entreprises ?

J’accompagne les organisations en m’adaptant à leurs problématiques propres, et en définissant le cadre et la méthodologie en co-construction directe avec mes clients.

En fonction de la situation qu’ils rencontrent, ma prestation peut varier, allant d’une intervention ponctuelle sur quelques jours, par exemple dans le cas d’une situation de crise interne nécessitant une médiation collective, à la réalisation de diagnostics et d’accompagnements de fond sur plusieurs mois autour de leurs problématiques organisationnelles.

Quelles sont les axes de réflexion qui définissent votre approche personnelle ?

Mon approche personnelle part de la conviction que les entreprises ont aussi un rôle à jouer au sein de la société civile, au-delà de leurs objectifs lucratifs.

On observe ces dernières années une quête de sens de plus en plus aiguë de la part de nombreux salariés et consommateurs, et les organisations peuvent de moins en moins ignorer ces questionnements dans la poursuite de leurs activités.

Sur le plan théorique, je me nourris de la « philosophie-action », approche définie par le philosophe Xavier Guchet lorsqu’il était directeur du Master Ethires à l’Université Paris 1, appréhendant sous un angle pragmatiste la philosophie.

On ne peut penser une idée, un concept, sans prendre en compte ses applications pratiques, et en retour une action ne peut s’effectuer de façon pleinement éclairée sans avoir recours à la pensée.

Propos recueillis par Constant Calvo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *